Bien-être

Méditer n’est pas réservé qu’aux moines bouddhistes

La méditation et la pleine conscience, qu’est ce que c’est ?

La pleine conscience ou Mindfullness en anglais est un état de conscience pendant lequel notre attention est dirigé sur le moment présent, de façon calme, posé. Il nous est tous arrivé d’expérimenter cet état, de manière furtive et inconsciente, en regardant un objet au loin, un feu de cheminée, un coucher de soleil, etc.

La méditation est un entraînement pour développer cet état de conscience. Le défi réside dans le fait de chasser ses pensées parasites, afin de se concentrer uniquement sur l’instant présent, de faire le vide autour de soi. Arrêter de ressasser sa liste de choses à faire, de penser à notre journée d’hier et à tel ou tel commentaire qui nous a agacé. Tout cela demande un peu d’entraînement, surtout quand on a l’habitude d’avoir l’esprit préoccupé par mille et une choses (et oui c’est mon cas).

Quels en sont les bénéfices ?

Pratique ancestrale et connue depuis longtemps, la méditation est malheureusement encore considérée comme « méthode à la mode pour bobo » ou « pratique religieuse ». Tout le monde aurait pourtant intérêt à l’adopter en mettant de côté ses préjugés.
Beaucoup d’études récentes ont démontré les bénéfices d’une pratique régulière de celle-ci pour notre cerveau, et plus globalement pour notre santé.

La méditation modifie notre cerveau et améliore la concentration

En 2011, une étude de l’université Harvard, a constaté qu’après 8 semaines de pratique sur les sujets, il y avait eu une augmentation de l’épaisseur du cortex cérébral de l’hippocampe, une zone associée à la mémoire et à notre capacité d’apprendre.
L’idée principale de la méditation étant de se focaliser sur soi, elle permet d’améliorer sa capacité à se concentrer.

La méditation diminue le stress et la dépression

Dans cette même étude, il a été prouvé que les séances de méditation ont aussi réduit le volume cérébral de l’amygdale, la zone du cerveau responsable de la peur, de l’anxiété et du stress. Le fait de lâcher prise et de se détacher, nous apprend à force de pratique à réduire son rythme cardiaque lors de moments de stress.
Une étude de 2016 menée par le professeur Willem Kuyken a conclut que la pleine conscience semble efficace comme traitement pour la prévention des rechutes chez les personnes souffrant de dépression récurrente.

La méditation diminue la perception de la douleur

La douleur, en effet, se perçoit différemment selon les individus. Selon le Dr Fadel Zeidan, de l’Université Wake Forest, en Caroline du Nord, une heure de méditation suffirait à réduire de façon importante la douleur chronique. Cette étude corrobore les résultats du Pr Pierre Rainville, chercheur à l’Université de Montréal et à l’Institut universitaire de gériatrie de Montréal, publiés en 2011 :

«Nous avons démontré que même si ces personnes ont conscience de la douleur et semblent la ressentir, elles paraissent abréger le processus en s’empêchant d’interpréter ou d’étiqueter les différents stimuli comme douloureux»

Pr Pierre Rainville

La méditation rend plus heureux·se

Prendre du recul sur soi, se libérer de toutes pensées qui nous empoisonnent, permet d’être plus présent, d’être à l’écoute de son corps et de ses aspirations. Vous apprenez à mieux vous connaître et à gérer vos émotions au quotidien.


Position du Lotus

Méditer, en pratique

Il n’y a pas vraiment de règle à la méditation, il suffit de trouver la pratique qui vous correspond. Quelques conseils à suivre pour vous y adonner :

  • Choisissez le moment et l’environnement propice : le matin ou le soir chez soi, au calme, sans perturbation extérieure (téléphone en off).. Créez les conditions pour pouvoir vous relaxer profondément.
  • On trouve sur internet ou sur des applications un grand choix de méditations guidées, qui permettront au débutant de méditer plus facilement. Ensuite, vous pourrez utiliser une musique douce. Ou bien le faire dans le silence en profitant des sons de la nature si vous êtes à l’extérieur.
  • Choisissez une position accessible. La position la plus connue pour méditer est celle du Lotus. Elle peut être compliquée à tenir pendant plusieurs minutes lorsque l’on manque de souplesse. On peut dans ce cas, se mettre en tailleur, les fesses légèrement rehaussées (sur une brique ou un coussin), et les mains posées sur les genoux. Pensez à vous tenir droit, le buste ouvert, et décontractez le reste du corps. Sachez juste qu’il est déconseillé de pratiquer la méditation allongée ou dans un fauteuil, puisque cela favorisera l’endormissement…
  • Le but de la méditation n’est pas de ne penser à rien, mais plutôt de garder son attention dans le moment présent, et de laisser passer vos pensées et sentiments sans s’y attarder. Pour cela, vous pouvez utiliser l’image des nuages dans le ciel. Vos pensées sont comme des nuages qui passent mais ne s’attardent pas.
  • Concentrez vous sur votre respiration, et ralentissez celle-ci. Un bon exercice est celui de la respiration carrée : visualisez un carré avec ces 4 côtés. Inspirez pendant que vous parcourez le premier côté, retenez votre souffle au 2e côté, expirez au 3e, et arrêtez encore votre respiration au 4e côté, puis recommencez. Respirez par le nez.
  • Si l’exercice est difficile, ne vous jugez pas, ne vous culpabilisez pas. Au début, il est normal de se laisser envahir par vos pensées. A force de pratique, il sera plus facile de fixer votre attention.
  • Pour le temps, c’est en fonction de vos besoins et de votre emploi du temps. Une pratique de 10 minutes est suffisante pour beaucoup.

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *